Conférences


 

L’association KEMET vous propose, tout au long de l’année, des rencontres avec de grands égyptologues qui viennent vous parler de la civilisation égyptienne ou de l’avancée de leurs recherches. Séance de questions-réponses et de dédicaces à la fin de chaque conférence.

 

 Nos prochaines conférences


Vendredi 17 Mai 2019 à 20 H 00

L'Apparition de l'Ecriture

Par Yvonne BONNAMY

Pratique : Conférence Yvonne BONNAMY :  –   à la salle du Quartier St Martin –  Vendredi 17 Mai à 20 H 00  – Entrée : 10 €  ─ 5 € pour les membres, les étudiants et les demandeurs d’emploi.

 

 

Vendredi 7 Juin 2019 à 20 H 00

Résultats étonnants de la dernière campagne de fouilles à Tell el-Dibgou

Par Philippe BRISSAUD et Christelle DESBORDES

 

Vendredi 29 Novembre 2019 à 20 H 00
Khaemouaset le fils de Ramses II, le prince archéologue

Par Philippe COLLOMBERT

 

 

 



Archives :

 

 

Vendredi 5 Avril 2019 à 20 H 00

Les "Lits-Clos", particularités de Deir el Médineh

Par Jean-Pierre PATZNICK

 

 

Les Lits-clos de Deir el-Medineh : autels ou lits ou lits-autels ?

 

 

 

Ces lits-clos sont surtout localisés à Deir el-Medineh, le célèbre village d’ouvriers de la Tombe royale et de leurs familles, situé sur la rive ouest, juste en face de la moderne Louxor. Ils y firent leur apparition au Nouvel Empire, plus exactement à partir de la XIXe dynastie, celle du grand Ramsès entre autres. Nommés lits-clos par B. Bruyère bercé par ses souvenirs de Bretagne, ces structures en briques, parfois peintes et décorées, faisaient partie intégrante de la vie de ce petit village. Leur fonction est aujourd’hui au cœur de bien des débats.

 

La conférence tentera de lever le voile sur les secrets d’alcôve cachés au fond de ces lits pas tout à fait comme les autres…

 

Vendredi 15 Mars 2019 à 20 H 00

 

 

 

 

Les chapelles osiriennes dans le secteur nord de Karnak (travaux récents)

 

 

Par Laurent COULON, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études.

 

 

Au nord de la grande salle hypostyle de Karnak, la voie qui mène au temple de Ptah est bordée par trois édifices dédiés au dieu Osiris, adoré sous trois formes différentes : « Ounnefer », « Ounnefer Maître des aliments » et « Maître de la vie / qui secourt le malheureux ». Ces chapelles, érigées à l’initiative des divines adoratrices d’Amon, datent des XXVe et XXVIe dynasties (VIIe-VIe s. av. J.-C.) et constituent des jalons importants dans le développement du culte du dieu des morts au sein du temple d’Amon-Rê. La mission « Sanctuaires Osiriens de Karnak » se consacre à la fouille et à l’étude de ces édifices religieux depuis les années 2000 et a contribué à mieux comprendre leur fonctionnement et leur histoire. Ce sont les résultats de ces travaux, et notamment ceux des campagnes de fouilles les plus récentes (la dernière date de février 2019), qui seront présentés lors de cette conférence.

 

Mercredi 27 Février 2019 à 15 H 30

 

Les Chambres Inconnues des Pyramides

Par Yvonne BONNAMY

 

 

Aucun monument d'aucune autre civilisation n'a jamais suscité autant d'étonnement, d'admiration et de spéculations que ces prodigieuses masses de pierre. La pyramide égyptienne est avant tout une tombe, mais tournée vers la renaissance de l'être. Sa structure renouvelle la création  qui avait vu le cône de la terre noire de l'Egypte percer la surface de l'océan primordial. Comme toute tombe égyptienne, la pyramide, au centre d'un complexe funéraire, est un laboratoire pour obtenir la renaissance du défunt dans l'au-delà. De la première pyramide à degré aux pyramides de Nubie, le symbole restera toujours présent et capable de continuer à faire vivre le nom du défunt. Si le symbole qui l'avait initié perdura, la structure de la masse de pierres fut l'objet de recherches et d'expérimentation dont tous les secrets n'ont pas encore été percés à ce jour.

 

 

Vendredi 1er Février 2019

 

Les Trésors Photographiques d'Egypte de Antonnio BEATO de 1859 à 1905

Par Gérard REVEILLAC

 

Dans les années 1990, pendant que Gérard REVEILLAC travaillait comme photographe-archéologue au Centre Franco-Egyptien des Temples de Karnak (CNRS), il a eu l'opportunité de redécouvrir une collection de clichés sur plaques de verre, datant de la seconde moitié du XIXème siècle, réalisés par un photographe italien établi en Egypte dès 1859.

Ces photos racontent son périple autour des principaux sites de l'Egypte pharaonique, et plus particulièrement les temples de Karnak et Louqsor.

On découvre, grâce à elles, des sites encore ensevelis, puis dégagés et en cours de restauration.

Ces clichés ont par conséquent, dans l'histoire de la photographie, un double intérêt artistique et archéologique. Ce sont donc ces images et l'Histoire qu'elles racontent que Gérard REVEILLAC vous fera découvrir au cours de cette présentation.

 

Vendredi 23 Novembre 2018

Aspects Connus et Méconnus de Seth, Dieu de la Confusion Nécessaire

Par Christian CANNUYER

 

Dieu facilement reconnaissable, Seth traverse toute l’histoire de l’Egypte depuis le IVe millénaire jusqu’à l’époque ptolémaïque. Toujours lié à Horus, parfois opposant mais inséparable de ce dieu, Seth passera du statut de dieu respecté et craint, soutien de la dynastie, à celui de mauvais, vilipendé, honni, le mythe osirien ayant présidé à sa transformation. Ce sont tous les aspects, connus ou plus méconnus, de ce dieu complexe que développera pour nous Christian Cannuyer, ce grand savant et conférencier, dont les visites à Périgueux sont toujours attendues avec impatience.

 

 

Vendredi 8 Juin 2018

Les Portes du Ciel

Par Yvonne BONNAMY

 

 

 

 

Les portes du ciel désignaient le naos sacré abritant la statue de la divinité. Lorsqu’elles étaient ouvertes, le lien était fait entre le monde des hommes et celui des dieux permettant à l’univers de se perpétuer en une re-création quotidienne. Leur fermeture n’est qu’un prélude à une renaissance future. Certains lieux sont à leur manière une réplique du naos et il ne faut pas oublier que le sacré imprègne tout l’univers mental de l’Egyptien. Son imaginaire se fonde dans un univers bas, sur la lumière et l’alternance du jour et de la nuit. Le monde est basé sur une double séparation : le jour et la nuit, le pur et l’impur, le dedans et le dehors. Seuils de franchissement et de passage, les portes rendent la communication possible entre les deux sphères qu’elles séparent. Cet espace de franchissement pouvant s’ouvrir sur le danger est le point faible d’une intégrité qui doit être protégée.

 

 

 

 Vendredi 18 Mai 2018

 

Les Caractères : quelques portraits satiriques au temps des Ramsès

Par Bernard Mathieu

 

Un véritable genre littéraire égyptien, qui n'a pas été mis en évidence jusqu'ici, s'est développé au Nouvel Empire, sous l'ère des Ramsès (1292-1070 av. J.C.), et plus précisément durant la XXème dynastie, au sein de la petite communauté des artisans du célèbre village de Deir el-Médina. On peut le nommer, par référence aux oeuvres classiques du philosophe grec Théophraste ou de La Bruyère : les "Caractères". Il est vrai que cette période précise de l'histoire pharaonique, qui connut quelques scandales retentissants, était propice à l'éclosion de ce type de littérature satirique. Chacun de ces textes, que l'on connait en général par des ostracas (tessons de poterie ou éclats de calcaire), se présente sous la forme d'une lettre fictive, où le destinataire se voit reprocher, en général non sans humour, sa conduite particulièrement répréhensible. Parmi les vices ainsi stigmatisés : égoïsme, prétention, incompétence.

 

Mercredi 25 Avril 2018

La Femme en Egypte ancienne.

Par Yvonne BONNAMY

 

La femme égyptienne représente une exception dans la société des pays du monde antique méditerranéen. Certes, son idéal est dans le libre mariage et dans la maternité mais la femme égyptienne conserve une grande liberté d'expression, une capacité juridique entière, une surprenante indépendance financière et la gestion des biens communs et de ses biens propres. Cependant, contrairement à ce que crurent les Grecs, offusqués de voir les femmes jouir d'un tel statut, il ne s'agissait aucunement d'un matriarcat. Les membres du couple se partagent les responsabilités naturelles. Sans vouloir verser dans l'idéalisme, on  peut constater qu'au cours de l'enchainement millénaire des générations, jusqu'à la domination grecque, la femme de tout statut social a été investie de prérogatives égales sinon identiques à celles de l'homme faisant à la mère, à l'épouse ou à la fille une égalité de statut avec le père, le mari ou le fils dans la logique des différences.