Conférences


 

L’association KEMET vous propose, tout au long de l’année, des rencontres avec de grands égyptologues qui viennent vous parler de la civilisation égyptienne ou de l’avancée de leurs recherches. Séance de questions-réponses et de dédicaces à la fin de chaque conférence.

 

 Nos prochaines conférences



 

 

Vendredi 29 Novembre 2019 à 20 H 00

 

Khaemouaset le fils de Ramses II, le prince archéologue

Par Philippe COLLOMBERT

 

Philippe Collombert est professeur d'égyptologie à l'Université de Genève.

Il dirige la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra.

 

 

Le prince Khâemouaset, quatrième fils de Ramsès II, était très intéressé par les monuments et les écrits anciens ; il a laissé de nombreux témoignages de sa piété pour les rois des époques révolues et a fait graver plusieurs inscriptions sensées vanter ses restaurations de monuments anciens. A ce titre, les égyptologues actuels l'ont souvent célébré comme le "prince archéologue". On verra que la réalité est probablement un peu différente...

 

Pratique : Conférence Philippe COLLOMBERT :  –   à la salle du Quartier St Georges –  Vendredi 29 Novembre à 20 H  Entrée : 10 €  ─ 5 € pour les membres, les étudiants et les demandeurs d’emploi.

 

 

 

 

 

Vendredi 14 Février 2020 à 20 H 00

Aperçu des Mathématiques en Egypte Ancienne

 

Par Marianne MICHEL

 (Université catholique de Louvain)
Docteur et chargée de cours en égyptologie, Présidente du Groupe de Recherches sur l'Égypte ancienne, Membre de la Société Royale Belge d'Études Orientales

 

 

Les Égyptiens de l’Antiquité ont contribué eux aussi à la construction de ce grand édifice que sont les sciences mathématiques mais quelle place accorder à « leurs » mathématiques et quelles en sont les spécificités ?
Après une brève introduction concernant les sources utilisées (Moyen Empire et Papyri démotiques), nous commencerons par découvrir le système de numération, les nombres et les fractions, via quelques opérations élémentaires. Ensuite, nous examinerons un exemple d'utilisation de la méthode de fausse position, des exemples de calculs de racines carrées, de calculs de l'aire du disque, de calculs d'inclinaisons.

 

 

Samedi 21 Mars 2020 à 15 H 00

Le Trésor de Toutankhamon

Par Yvonne BONNAMY

On ne présente plus la beauté du trésor de Toutankhamon. Les nombreux superlatifs sans cesse repris depuis la découverte de la tombe en 1922 par Howard Carter n’ont pas réussi à émousser l’intérêt du public pour ces réalisations de l’art égyptien. Mais cette découverte permit aussi d’apporter des données nouvelles pour la compréhension de la vie et de la mort en Egypte ancienne. Devant la splendeur des objets exposés, on ne peut que rêver à ce que furent les contenus des tombes, hélas pillées, de Ramsès II ou Thoutmosis III.

 

Vendredi 3 Avril 2020 à 20 H 00

A la (re) découverte du Temple d'Isis à Pompéï

Par Richard VEYMIERS

 

Vendredi 15 Mai 2020 à 20 H 00

 Les textes magiques et les papyrus amulettiques de l'époque des Ramses

Par Sylvie DONNAT

 

 Samedi 24 Octobre 2020

2ème Journée Egyptologique de Périgueux de 9 H à 18 H

5 conférences sur "La Mort et l'Au-Delà"

 

Vendredi 26 Mars 2021 à 20 H 00

La Cour Royale

Par Aude Gros de Beler

 

Vendredi 23 Avril 2021 à 20 H 00

Handicap  et différence en Egypte ancienne

Par Bénédicte LHOYER

 

 



Archives :

 

 

 

 

Samedi 26 Octobre 2019 à 15 H

L'Architecture en Egypte Ancienne

Par Yvonne BONNAMY

 

 

 

 

 

La fascination des Européens pour les magnifiques monuments qu’ils découvraient en Egypte et remontaient à la plus haute Antiquité n’a pas cessé et les modernes visiteurs du pays sont toujours saisis d’admiration devant pyramides, obélisques et temples. Les Egyptiens furent le premier peuple connu à construire des monuments en pierres taillées et le premier à dresser des colonnes à chapiteaux. Cependant, très peu de noms d’architectes sont venus jusqu’à nous car l’Egypte n’a jamais recherché l’art pour l’art et l’élégance ou la beauté d’un monument n’en sont pas la finalité. L’architecte s’efface devant l’œuvre qui rend compte de la perfection de la création et de l’équilibre voulu par les dieux. Tout détail architectural est symbole et porteur de sens et les monuments nous parlent par-delà les siècles.

 

 

 

 

 

 

Vendredi 4 Octobre 2019 à 20 H 00

Vallée des Rois : Funérailles d'une princesse

Par Susanne BICKEL

Egyptologue

Professeure à l'Université de BALE

 

 

 

 

Durant ces dernières années, les recherches de l’Université de Bâle à la Vallée des Rois se sont concentrées sur les deux tombes non-décorées KV 40 et KV 64. Bien que pillées dès l’Antiquité, ces sépultures ont révélé un riche matériel qui offre des informations sur les groupes de personnes enterrées en ces lieux. Durant la XVIIIe dynastie, ces tombes ont été utilisées pour un grand nombre de femmes et quelques hommes de la famille et de l’entourage du roi. Certains aspects de leurs funérailles peuvent être reconstitués. Bien plus tard, à la XXIIe dynastie, les lieux ont été investis une seconde fois, cette fois-ci pour les enterrements de membres de familles de prêtres thébains.

 

 

 

Samedi 28 Septembre à 15 H

Présentation en photos du dernier voyage en Egypte.

 

Du Caire à Abou Simbel, venez découvrir les plus beaux sites d'Egypte :

 

- Le plateau de Gizeh et les pyramides,

- La Nécropole de Saqqarah,

- Les Vallées des Rois, des Reines et des 

  Nobles,

- Le village des artisans de Deir el-Medenah,

- Les Temples de Karnak et de Louxor, le Ramesseum,

- Le Musée de Louxor,

- Les Temples d'Abydos et de Denderah,

- Les Carrières du Gebel el-Sisileh,

- Les Temples de Kom-Ombo, Philaë, Kalabsah,

- L'obélisque inachevé à Assouan,

- Les Temples d'Abou Simbel,

- Le Musée du Caire.

- ...

Vendredi 7 Juin 2019 à 20 H 00

Résultats étonnants de la dernière campagne de fouilles à Tell el-Dibgou

Par Philippe BRISSAUD et

Christelle DESBORDES

 

L'importance des découvertes réalisées cette année sur le site de Tell Dibgou donnent une ampleur sans précédent à l'histoire de cette cité millénaire demeurée dans l'oubli pendant de trop longs siècles.

 

A l'issue de cinq saisons de travail sur ce site exceptionnel, sont désormais connus de la ville pharaonique, un vaste quartier d'habitation qui s'étendait sur plusieurs hectares, une nécropole populaire, de nombreux objets et éléments architecturaux marquant son dynamisme et l'activité cultuelle de ses habitants et l'enceinte monumentale qui protégeait ses édifices religieux, alors même qu'avant 2014 nous ignorions jusqu'à l'existence de cette cité du Delta oriental.

 

Vendredi 17 Mai 2019 à 20 H 00

L'Apparition de l'Ecriture

Par Yvonne BONNAMY

 

La vision que les Occidentaux ont de l'Egypte ancienne est marquée par une profonde fascination nourrie du caractère hermétique qui fut longtemps prêté à son écriture. Ceci réside dans un paradoxe simple : les signes sont figuratifs mais, tout en étant des images, s'en distinguent, car soumis à des codes graphiques et structurels qui en font une écriture.

L'écriture égyptienne se singularise en ce qu'elle isole très rapidement les consonnes tout en maintenant les catégories fonctionnelles de signes permettant l'écriture hiéroglyphique : les idéogrammes et les phonogrammes. Si le mystère de son invention demeure entier, ce nouvel outil autorise un classement inédit du réel fondé sur le signe graphique lui-même.

L'invention de l'écriture marque la plus profonde césure de l'humanité en séparant le stade de la répétition entrainée par l'oralité de celui de l'interprétation qui s'appuie sur des textes mais, qui avec l'écrit, devient sélective. Ecrire, c'est à la fois raconter et expliquer le monde, dresser un catalogue des signes, c'est dresser un catalogue de ce qui est créé. Chaque signe est l'empreinte d'un être, d'une chose, du monde voulu par les Dieux.

 

 

 

Vendredi 5 Avril 2019 à 20 H 00

Les "Lits-Clos", particularités de Deir el Médineh

Par Jean-Pierre PATZNICK

 

 

Les Lits-clos de Deir el-Medineh : autels ou lits ou lits-autels ?

 

 

 

Ces lits-clos sont surtout localisés à Deir el-Medineh, le célèbre village d’ouvriers de la Tombe royale et de leurs familles, situé sur la rive ouest, juste en face de la moderne Louxor. Ils y firent leur apparition au Nouvel Empire, plus exactement à partir de la XIXe dynastie, celle du grand Ramsès entre autres. Nommés lits-clos par B. Bruyère bercé par ses souvenirs de Bretagne, ces structures en briques, parfois peintes et décorées, faisaient partie intégrante de la vie de ce petit village. Leur fonction est aujourd’hui au cœur de bien des débats.

 

La conférence tentera de lever le voile sur les secrets d’alcôve cachés au fond de ces lits pas tout à fait comme les autres…

 

Vendredi 15 Mars 2019 à 20 H 00

 

 

 

 

Les chapelles osiriennes dans le secteur nord de Karnak (travaux récents)

 

 

Par Laurent COULON, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études.

 

 

Au nord de la grande salle hypostyle de Karnak, la voie qui mène au temple de Ptah est bordée par trois édifices dédiés au dieu Osiris, adoré sous trois formes différentes : « Ounnefer », « Ounnefer Maître des aliments » et « Maître de la vie / qui secourt le malheureux ». Ces chapelles, érigées à l’initiative des divines adoratrices d’Amon, datent des XXVe et XXVIe dynasties (VIIe-VIe s. av. J.-C.) et constituent des jalons importants dans le développement du culte du dieu des morts au sein du temple d’Amon-Rê. La mission « Sanctuaires Osiriens de Karnak » se consacre à la fouille et à l’étude de ces édifices religieux depuis les années 2000 et a contribué à mieux comprendre leur fonctionnement et leur histoire. Ce sont les résultats de ces travaux, et notamment ceux des campagnes de fouilles les plus récentes (la dernière date de février 2019), qui seront présentés lors de cette conférence.

 

Mercredi 27 Février 2019 à 15 H 30

 

Les Chambres Inconnues des Pyramides

Par Yvonne BONNAMY

 

 

Aucun monument d'aucune autre civilisation n'a jamais suscité autant d'étonnement, d'admiration et de spéculations que ces prodigieuses masses de pierre. La pyramide égyptienne est avant tout une tombe, mais tournée vers la renaissance de l'être. Sa structure renouvelle la création  qui avait vu le cône de la terre noire de l'Egypte percer la surface de l'océan primordial. Comme toute tombe égyptienne, la pyramide, au centre d'un complexe funéraire, est un laboratoire pour obtenir la renaissance du défunt dans l'au-delà. De la première pyramide à degré aux pyramides de Nubie, le symbole restera toujours présent et capable de continuer à faire vivre le nom du défunt. Si le symbole qui l'avait initié perdura, la structure de la masse de pierres fut l'objet de recherches et d'expérimentation dont tous les secrets n'ont pas encore été percés à ce jour.

 

 

Vendredi 1er Février 2019

 

Les Trésors Photographiques d'Egypte de Antonnio BEATO de 1859 à 1905

Par Gérard REVEILLAC

 

Dans les années 1990, pendant que Gérard REVEILLAC travaillait comme photographe-archéologue au Centre Franco-Egyptien des Temples de Karnak (CNRS), il a eu l'opportunité de redécouvrir une collection de clichés sur plaques de verre, datant de la seconde moitié du XIXème siècle, réalisés par un photographe italien établi en Egypte dès 1859.

Ces photos racontent son périple autour des principaux sites de l'Egypte pharaonique, et plus particulièrement les temples de Karnak et Louqsor.

On découvre, grâce à elles, des sites encore ensevelis, puis dégagés et en cours de restauration.

Ces clichés ont par conséquent, dans l'histoire de la photographie, un double intérêt artistique et archéologique. Ce sont donc ces images et l'Histoire qu'elles racontent que Gérard REVEILLAC vous fera découvrir au cours de cette présentation.