Conférences


 

L’association KEMET vous propose, tout au long de l’année, des rencontres avec de grands égyptologues qui viennent vous parler de la civilisation égyptienne ou de l’avancée de leurs recherches. Séance de questions-réponses et de dédicaces à la fin de chaque conférence.

 

 Nos prochaines conférences


 

 

Vendredi 24 Novembre 2017 à 20 H à la salle St Martin :

 

La Tombe de Séthi Ier

 

Par Yvonne BONNAMY

 

La tombe de Sethi Ier, le père de Ramsès II est la plus grande et sans doute la plus belle de la Vallée des Rois. Elle comprend environ 500m² de surface décorée.

 

Souverain énergique, redoutable chef de guerre, Sethy Ier possédait un goût artistique très sûr car les monuments qu’il a laissés figurent parmi les plus beaux et les plus finement réalisés de l’Egypte ancienne Les reliefs sont taillés en champlevé, c’est-à-dire en détachant la pierre à l’extérieur des contours des figures avant d’être polis et colorés. Que ce soit dans ses châteaux de millions d’années de Gourna et d’Abydos ou dans sa tombe de la Vallée des Rois, les monuments de ce roi comptent parmi les plus grands chefs d’œuvre de toute l’Egypte.

 

Découvert en 1817 par Belzoni, ce précieux monument a malheureusement souffert, dès son ouverture, d’estampages effectués sans précaution et de manière répétée au 19e s avant que de nouvelles dégradations, causées par l’humidité dégagée par la respiration et la transpiration des foules de visiteurs n’entrainent sa fermeture à la visite.

 

Nous vous invitons néanmoins à une visite en image de ce magnifique monument dont les superbes peintures murales nous permettront de mieux connaitre la vision de l’au-delà qui est au cœur de la civilisation égyptienne.

 

Pratique : Conférence Yvonne BONNAMY :  – à St Martin – Vendredi 24 novembre à 20 H– Entrée : 10 € ─ 5 € pour les membres, les étudiants et les demandeurs d’emploi.

Programme de la saison 2018 :

 

Vendredi 2 Février 2018

Nouvelles découvertes à Tell Dibgou

Par Philippe BRISSAUD et Christelle DESBORDES

 

Vendredi 16 Mars 2018

Le Moyen Empire au Musée du Louvre

 

Par Guillemette ANDREU-LANOË :

 

Directrice honoraire du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre

 

Considéré par de nombreux historiens comme un âge d’or devenu mythique pour le pays des Pharaons, le Moyen Empire est particulièrement bien représenté dans les collections du musée du Louvre. Grâce aux partages de fouilles accordés par le gouvernement égyptien, les salles du Louvre exposent des chefs d’œuvre des règnes des Amenemhat et des Sésostris et racontent les exploits des archéologues français qui surent fouiller en Haute-Égypte des sites aussi prestigieux que Assiout, Abydos, Tôd, Médamoud, Karnak et, plus au Sud, Mirgissa en Nubie soudanaise.

 

 

 

Vendredi 18 Mai 2018

Les Caractères ou quelques portraits satyriques au temps des Ramsès

Par Bernard Mathieu

 

Vendredi 2 Juin 2018

Les Travaux de l'IFAO

Par Laurent BAVAY



Archives :

 

Vendredi 2 Juin 2017 à 20 H à Jean Moulin :

 

La vie quotidienne à travers les stèles de particuliers

 

 Par Jacques POIRSON

 

    La vie quotidienne des Egyptiens et de leur famille se retrouve, d’une façon qui peut paraître paradoxale, dans un grand nombre de stèles funéraires de particuliers. La vie familiale, les coutumes sociales et les pratiques professionnelles sont illustrées et se révèlent au travers de ces stèles. Il n’est pas nécessaire de se plonger dans les arcanes de l’écriture hiéroglyphique pour comprendre le sens profond de ces stèles qui nous présentent la vie de tout un peuple.

 

 

Mercredi 17 Mai 2017 à 20 H à la salle St Martin :

 

Les animaux fabuleux en Egypte ancienne

Par Pascal VERNUS

 

Agrégé de Lettres classiques

Docteur d’Etat et Directeur d’études en linguistique égyptienne et en philologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à la Sorbonne

 

Depuis 1976, pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale

 

Un de ses derniers ouvrages est le dictionnaire amoureux de l’Egypte pharaonique

 

Assurément, les Egyptiens devaient se garder d’une faune pas toujours inoffensive. L’animal qui évolue dans l’entourage immédiat et quotidien de l’Egyptien présente un double aspect : l’un inscrit dans un cadre familier et utilitaire, l’autre participant à un univers symbolique. L’animal est le signe terrestre immédiatement perceptible de l’action divine. Mais, l’esprit égyptien dépassa le cadre de la réalité et leur imaginaire foisonnant trouva un terrain d’expression idéal dans le domaine funéraire et le domaine magique permettant, en prenant appui sur la croyance en la valeur absolue des mots et des images, la création d’êtres hybrides créés au moyen d’éléments réels. L’imaginaire fait partie du quotidien et permet d’appréhender le danger des zones de territoire réputées difficiles comme le désert en le traduisant en images d’animaux composites mais dont chaque partie supporte l’expression d’une pensée ou d’une crainte..

 

Vendredi 17 Mars 2017 à 20 H à Jean Moulin :

 

L'Administration du Ramesseum sous  Ramses II

Les fonctionnaires au service d'un temple de Million d'années

 

Par Christian LEBLANC

 

Durant le long règne de Ramsès II, le Ramesseum rayonna sur tout l'occident de Thèbes. Ses activités, intimement associées à l'histoire du nome, en constituèrent une composante administrative, économique et religieuse non négligeable, comme ce fut plus tard le cas pour le temple de Ramsès III à Medinet Habou. Venant en complément des fouilles archéologiques effectuées dans son enceinte depuis deux décennies, l'étude des sources documentaires permet aujourd'hui de reconstituer, même si ce n'est encore que partiellement, les dispositifs mis en place par l'institution royale, pour garantir la bonne marche du «Château d'Ousermaâtrê Setepenrê». Dépositaire de richesses considérables qu'il fallait réceptionner, enregistrer, protéger, voire écouler lors de la célébration des rituels religieux mais aussi pour la rétribution du personnel au service de l'institution, ce temple était un véritable satellite économique du pouvoir central et une forteresse maintenue sous haute surveillance. Cette conférence a pour but de présenter un organigramme des fonctions et les hommes qui, suivant leur niveau de responsabilité, participèrent à la gestion aussi bien temporelle que religieuse de cette importante fondation royale.

 

 

 Vendredi 17 Février 2017 à la salle St Martin

 

Visite en "stéréoscopie" sur des sites de la Vallée du Nil au XIXème siècle

 

Par Robert VERGNIEUX

 

Au 19e s, l’Europe découvre l’Egypte antique. Aux premiers balbutiements de l’égyptologie, les premiers égyptologues qui, à la suite de l’Expédition d’Egypte se lancèrent dans la visite et la redécouverte des sites antiques les trouvèrent, émergeant du sable qui les avait recouvert. Ceux qui voyagent actuellement en Egypte ne pensent pas toujours aux efforts qui ont dû être déployés avant de rendre aux monuments au moins un reflet de leur splendeur passée. Mais les premiers découvreurs de la civilisation pharaonique, convaincus de l’utilité de la photographie, utilisèrent les procédés les plus modernes de leur époque pour démontrer auprès du public la beauté des Antiquités d’Egypte. Dans leur parcours, ils fixèrent aussi sur la pellicule bien des aspects de la vie quotidienne égyptienne et de la fascinante splendeur des paysages du pays.

 

C’est à une plongée dans le temps, à une visite de l’Egypte dans ce 19e s de tant de découvertes, que nous vous invitons avec le concours de Robert Vergnieux (CNRS) et cette visite sera stéréoscopique grâce à l’aide de lunettes spéciales que vous trouverez sur place.

 

Vendredi 9 Décembre à 20 H à Jean Moulin :

 

Les Animaux Fabuleux de la Tombe d'Inerkhâouy

Le Génie du Dessinateur "Hormin".

 

Par Christian CANNUYER, Egyptologue

Nous connaissons les peintures magnifiques qui couvrent murs et plafonds des tombes des artisans de Deir El-Médina, mais dans la tombe d'Inerkhâouy, tombe dont on connait, pour une fois, le nom du dessinateur, se trouvent deux animaux hybrides qui soulèvent beaucoup d'interrogations quant à la signification que pouvaient leur donner les Egyptiens. Pour avoir la solution, ne manquez pas cette conférence.

Mercredi 23 Novembre à 15 H à la Salle St Martin :

 

Les Tombes de Deir el-Médineh

Par Yvonne BONNAMY

 

Depuis le temps que nous admirons les superbes réalisations de l'art égyptien, le moment est venu de visiter les tombes de ceux qui ont réalisé ces merveilleux chefs d'oeuvre. Aussi, c'est à une visite de la nécropole du village des artisans que vous êtes conviés pour notre prochaine conférence.

Dans ce village, où Bernard Bruyère et le personnel de l'IFAO fouillèrent tant d'années, furent retrouvés, non seulement l'ossature architecturale du village même, mais deux nécropoles dont certaines tombes avaient échappé aux pillards antiques ou modernes. Les tombes de ces nécropoles ont été réalisées par les mêmes artistes qui ont creusé et décoré la Vallée des Rois et des Reines. Aussi, venez visiter ces tombes en notre compagnie.

 

Vendredi 28 Octobre à 20 H :

 

La prostitution en Egypte ancienne

 

Par Jean Pierre PATZNICK

 

 

 

Jean Pierre PATZNICK vous propose de faire un voyage truculent de l'époque gréco-romaine au Moyen Empire, d'identifier les hauts lieux de l'activité de ces dames dans les textes et sur le terrain, de découvrir leurs dénominations, leurs activités, leur statut au sein de la société, le tout imagé de contes et de textes sapientiaux tout en abordant la question de l'organisation de cette prostitution et de l'existence d'une Pallakide ou prostitution sacrée dans l'Egypte ancienne.

 

 

 

Vendredi 23 Septembre à 20 H :

 

"L'Egypte préhistorique",

 

 

Par Yvonne BONNAMY

 

La civilisation égyptienne est connue par ses réalisations exceptionnelles de beauté, d’équilibre et de connaissances. Pourtant, l’Egypte des pyramides n’a pas surgi des flots du Nil 3000 ans avant notre ère. L’Egypte des âges obscurs est celle des hommes sans écriture mais qui, siècle après siècle, ont constitué le creuset d’une des plus prestigieuses civilisations de l’Antiquité.

 

Du paléolithique aux premières dynasties dites "Thinites", les changements climatiques, technologiques et économiques ont façonné peu à peu la vie et l’organisation sociale et religieuse des hommes qui ont occupé ce long couloir naturel qu’est la vallée du Nil. La désertification du Sahara provoqua un vaste déplacement de population vers cet abri dont le fleuve permettait la survie de populations nomades se fixant en agriculteurs ; pasteurs. Le néolithique entraina une hiérarchisation et une spécialisation des catégories sociales et une hiérarchisation des individus révélée par les nécropoles.

 

La maitrise des techniques nouvelles déboucha sur l’invention de l’écriture, faisant entrer l’Egypte dans l’histoire.

 

Après avoir envisagé les technologies paléolithiques et les peintures rupestres des sites trop méconnus du Sahara oriental, l’analyse de l’outillage, de l’artisanat et des tombes, de tout ce que nous ont laissé ces âges obscurs, nous permettra de mieux connaitre cette société égyptienne naissante.